COUVERTURE DE MON LIVRE

Voici la couverture de mon livre, “Olga Kaczmarok ou la putain qui s’ignorait”. Je rappelle qu’il est en vente aux Editions du Net (de préférence), mais aussi aux Editions Chapitre.com et sur Amazon.Un beau geste pour un auteur auto-édité? Merci d’avance…

roman

Advertisements

MON LIVRE VIENT DE PARAITRE

Enfin, mon livre vient de paraître. J’en ai reçu 10 exemplaires hier, mais j’attends le mois de Janvier pour en commander une cinquantaine. Je vous rappelle qu’il est édité à compte d’auteur. Mes 7 années de cauchemars sont là, entre ses pages. Vous le trouverez en vente, évidemment, auprès des Editions du Net, mais aussi d’Amazon, de Chapitre.com et de Gallix-distribution.
Je vous mets quelques liens, au cas où vous seriez intéressé…Merci à l’avance…
http://www.leseditionsdunet.com/temoignages/2613-olga-kaczmarok-ou-la-putain-qui-s-ignorait-meurin–bruno-9782312024783.html

http://http://www.amazon.fr/s/ref=nb_sb_noss?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&url=search-alias%3Dstripbooks&field-keywords=olga+kaczmarok+ou+la+putain+qui+s%27ignorait

PUBLICATION DE MON LIVRE

J’ai arrêté avec les Editions du Velours et je viens de signer avec les “Editions du Net”. Pour l’instant, je ne paye que la mise en page que je ne pouvais pas réaliser moi-même, faute te temps et de technique. Une fois la publication réalisée, c’est à moi de jouer. Non, on ne m’enverra pas d’exemplaires gratuits, excepté si j’en demande un pour un journaliste et je compte bien jouer de ma propre carte de journaliste pour convoquer les professionnels. Advienne que pourra!

C’est à moi de ne pas être trop gourmand. Mon livre sera référencé à la FNAC ainsi que sur Amazon et on pourra l’acheter aussi sur le site des Editions du Net. J’ai refusé l’eBook, trop cher et, à mon sens, inutile pour l’instant. J’en commanderai…une vingtaine, une trentaine, selon mes ressources, quitte à les payer à crédit. 

Rassurez-vous, je vous ferai part, à vous aussi, chers amis, de cette publication. “A vot’e bon coeur, M’ssieurs-Dames!”

EDITIONS DU NET0001

EDITIONS DU NET0002

femmecouverture0001retouchée - Copie

Ce sera la couverture de mon livre “Olga Kaczmarok”

Merci de me donner votre avis…

A vous tous qui avez lu et apprécié mon roman autobiographique “Olga Kaczmarok ou la putain qui s’ignorait”, j’ai soumis ce manuscrit à une maison d’éditions, les éditions du velours. Je vous livre toutes les pièces de leur contrat et l’e-mail que j’ai reçu aujourd’hui. C’est tentant, mais aussi risqué…qu’en pensez-vous? Sachant que je ne suis pas très riche. Le jeu en vaut-il la chandelle?

http://www.editionsvelours.com/suite-index.html

ImageImageImageImageImageImage

 

Merci pour vos conseils…Est-ce que ça vaut le coup? Je suis passé dans une petite librairie qui s’est ouverte dans ma ville. Ils connaissent ces éditions, mais ne vendent pas leurs livres. Par contre, une romancière de la région a demandé à la patronne de la boutique une séance de dédicace…Alors? Vous en pensez quoi?

MERCI A VOUS TOUS

SECOND EPILOGUE – ECRIT EN 2014

2006. Plus de 10 ans ont passé depuis la dernière rencontre de Jérôme avec Sandrine. Son père est mort le 17 Février 1994. Sa mère a quitté une maison trop grande et trop fatigante. Elle loge dans un petit studio. Au sein d’une Résidence pour personnes âgées. Là-même où ses grands-parents ont achevé leur vie. Cathy s’est mariée. Son fils est né 3 jours après le décès de son grand-père. 

Jérôme vit toujours avec Nicole. A Conflans-Sainte-Honorine. Un soir, sa mère reçoit un coup de fil. Aux environs de 22/23 heures. “J’ai besoin de parler à mon père. Je suis sa fille.” La vieille dame raccroche. Nouveau coup de fil. Elle raccroche. Le téléphone sonne. Elle finit pas décrocher le combiné. Les jours suivants, même manège. Excédée, la mère de Jérôme demande à sa fille de faire changer le numéro et de l’inscrire sur la liste rouge. Fin.

Jérôme, averti, finit par retrouver la trace de Jean-Pierre, son ex-beau-frère. Il vit, à présent, dans la maison de ses parents. Décédés tous les deux. Il explique à Jérôme que Sandrine, obsédée comme sa mère par le fric, a quasiment “mangé” l’héritage d’Olga. Car Olga est morte au début du 21° Siècle. Dans la maison de ses parents. Rongée par un cancer. La gorge. Ou les poumons. Selon Jean-Pierre, couchée sur son lit de mort, Olga n’avait qu’un nom à la bouche : “Jérôme”. Remords posthumes? Remords tardifs. Inacceptables pour lui! Après ce qu’elle lui avait fait subir.

Quant à Sandrine, après avoir dilapidé son héritage en fiestas et orgies, elle avait tenté de s’en prendre à celui de son Oncle. Qui l’avait foutue à la porte. A grands coups de pieds. Et ne souhaitait plus entendre parler d’elle. Jérôme, refroidi, préféra oublier sa fille. Craignant pour ses propres finances. Si minimes soient-elles.

Et puis, en Janvier 2013, mû par une sorte de curiosité plus ou moins malsaine, et devenu un adepte des réseaux sociaux, en particulier Facebook, il trouva une Sandrine M…Sous une fausse identité, il entra en contact avec elle. Messages. Sorte de jeu de rôles. Ca dura 2 mois. Se faisant passer pour un ado de 20 ans. Il en avait 63! Médium et voyant. Il lui révéla son passé. Pas besoin de boule de cristal. Ni de marc de café. Pour la mettre en confiance. Et elle se confia. Elle vivait avec un type. Vulgaire. Qui l’avait embobinée. Maltraitée. Battue. Et engrossée. Jérôme était donc grand-père. D’un gosse qu’il ne connaît pas. Ne connaîtrait jamais. Et ça ne lui manquait pas. Un gosse qui ne vivait même pas avec sa mère. Devenue alcoolique, on le lui avait enlevé. Placé dans une famille. Qu’elle allait voir une fois par mois. Anthony. Elle était secrétaire en banlieue. Dans une société de panneaux solaires. Et amoureuse d’un collègue. Son “Prince”. Qui la regardait à peine. Sandrine demandait à son père comment le harponner. Jérôme conseillait. Du mieux qu’il pouvait. Elle n’avait pas d’ordinateur chez elle. Une fois par semaine, elle se connectait. Sur Facebook. Grâce au PC de la médiathèque de son arrondissement. Le 18°. Là où ILS avaient vécu dans les années 70.

Et puis, un jour, les messages cessèrent. Comme ça. Sans explication. La page facebook de Sandrine avait disparu.

L’histoire s’achève ….ICI!